Stratégie internet et sociale : Auditoire et communauté.

fév 14th, 2010 | By | Category: Les affaires, Stratégie internet

Faire la différence entre auditoire et communauté

Le nouveau paradigme communautaire qui s’installe sur internet se heurte souvent a de vieux schémas mentaux. Il faudra encore pas mal de temps pour que la culture s’installe, le temps que les dinosaures s’éteignent et deviennent des fossiles.

Oui, mais c’est mon discours

La diffusion de masse a ceci d’intéressant: C’est moi qui parle. Les médias traditionnels nous louent leurs audiences le temps d’une pub ou d’une insertion éditoriale dirigé (un article favorable qui est publié en contrepartie d’achat de publicité). Ce marketing d’interruption est relativement facile à faire en ce sens qu’on est peu  sollicité personnellement dans l’expérience de communication. On paye, puis le message est diffusé. JE contrôle le message, le temps, la démographie et les répétitions.

Ce qui arrive en ce moment c’est que les médias traditionnels ont de moins en moins d’audience à louer et la qualité d’écoute de cet auditoire restant est de moins en moins bonne. Il faut sortir du lot en titi pour attirer l’attention aujourd’hui.

Qu’est-ce qui est arrivé à ce bel auditoire captif, les yeux rivés sur leurs médias préférés? Ils ont migré au numérique. Ils ont compris qu’ils pouvaient diriger leurs attentions au gré de leurs intérêts et envies. Puis, au fil de leurs explorations internet, ils ont rencontré d’autres internautes. Pas des rencontres physiques bien sûr, mais des rencontres d’idées.

Une communauté d’idées

Puis c’est formé une communauté d’idées. C’est l’interaction rendue possible par l’internet qui a fait qu’ils ont pu se constituer en communauté. Ce média a ceci de particulier qu’il est bidirectionnel. Il donne voix au chapitre en tout.

Ce qui devait arriver arriva. Donnez à quelqu’un l’opportunité de s’exprimer et il le fera. Il s’attendra aussi à être entendu, vu et considéré. Ça fait partie de la nature humaine.

Le choc des cultures

Qu’est-ce qui arrive quand un auditoire se transforme en communauté? Imaginez-vous dans un spectacle d’humour ou les gens se mettent à se raconter des blagues entre eux dans la salle. Une communauté s’installe, une discussion s’en suit. Les gens portent de moins en moins attention a ce qui se passe sur scène. Au fur et à mesure que la discussion dans le groupe devient intéressante, la communauté se resserre. Notre pauvre humoriste, seul sur scène, vient de perdre son public. Personne ne porte attention a ce qu’il fait, occupés qu’ils sont a participer a la discussion.

Face à cette évolution, notre humoriste a deux choix…continuer à parler tout seul ou descendre de son piédestal et s’intégrer a la conversation.

Aller à la rencontre des gens

Devenir un des leurs, c’est le défi qui attend notre humoriste. Il devra se faire une place et se faire accepter par le groupe. En fait, il devra ajouter de la valeur,  faute de quoi il sera exclu ou ignoré.

Évolution des mentalités

Bien sûr que mon exemple est tiré par les cheveux un brin, mais c’est une adaptation semblable à celle que notre humoriste aura à faire qui nous attend si nous voulons devenir efficaces avec notre stratégie internet. Je pense que la pire erreur qu’on peut faire avec le web c’est de traiter les internautes comme un auditoire, un public passif. Oublions donc la notion de contrôle, remplaçons-la par la notion de participation, c’est plus sain. On ne contrôle pas une conversation par la dictature ou la censure. On emmène la conversation ou on peut en participant et en étant assez intéressant pour gagner le privilège d’être écouté par la communauté.

Qu’en pensez-vous?

 

Dans un même ordre d’idée sur mon blogue:
Dans votre stratégie internet, les réseaux sociaux c’est un pensez y bien.
La stratégie internet dans les affaires : L’humain derrière le clavier.
Les affaires, les sites l’internet et la stratégie : Les gens d’affaires sont confus
Deux (2) comptes Facebook, la mauvaise manière de faire des affaires sur Facebook.

 

Tags: , , , ,

  • http://twitter.com/thomscotch Thoams Hémery

    bonjour,
    le propos est très juste et me rapelle ce qui est arrivé à Danah Boyd lors de sa présentation à une conférence sur le web.
    C'est bien expliqué dans la seconde partie de cet article :
    http://www.internetactu.net/2010/01/06/danah-bo
    ou il est question de tweckle.

    • http://www.lesaffairesweb.com/ Serge Lachapelle

      Excellent article…La mésaventure de Boyd a fait tout un tabac dans le milieu…C'est intéressant de voir un vrai socialite comme Chris Brogan peut tourner à son avantage une situation similaire. C'est la différence entre étudier le phénomène et être le phénomène.

      Une analyse trop académique de la chose passe a coté de l'essentiel je crois. Ce que vous comprenez aujourd'hui c'est obligatoirement la réalité d'hier….Je pense que Boyd s’est fait ramasser justement à cause de ça…Il y avait probablement trop de vrai socialite dans la salle…

  • http://luc-olivier.com/ Luc-Olivier Lafeuille

    « Face à cette évolution, notre humoriste a deux choix…continuer à parler tout seul ou descendre de son piédestal et s’intégrer a la conversation. » Excellent la métaphore de l'humoriste.

    Tout à fait d'accord avec toi. Je crois d'ailleurs qu'il en s'agit pas que d'un problème lié à la survenue de l'internet. Le problème existait avant et le style « piédestal » était de moins en moins accepté au moins par le public.

    J'ai émis l'idée, dans une club politique, de mettre le public en cercle et d'arrêter d'avoir une rangée de tables avec 5 personnes tournées vers le public de militants. On m'a regardé avec de gros yeux. Il faut conserver la splendeur des chefs. Sinon comment s'y reconnaîtra-t-on ?

    Les marques ont elles aussi eux des politiques bien différentes en la matière. L’accueil par exemple peut être “piédestal” ou chaleureux, embrassant. Celle qui le joue avec un frontal supérieure ne vivent en général pas très longtemps.

    • http://www.lesaffairesweb.com/ Serge Lachapelle

      Wow, suggérer ça pour une assemblée politique…tu as du te faire lancer des tomates!…Le pire c'est qu'ils ne réalisent pas que c'est exactement ce qui se passe dans leurs dos sur internet, qu'ils le veuillent ou pas. D'après moi, ils auraient avantage à s'intégrer à la conversation…ils risqueraient d'apprendre des choses intéressantes…

      • http://luc-olivier.com/ Luc-Olivier Lafeuille

        Pire que des tomates !

        Tu dis qu’ils auraient avantage à s’intégrer à la conversation… ils risqueraient d’apprendre des choses intéressantes…

        En fait, en politique locale (au moins), la concertation pose un problème aux élus. Elle oblige à organiser les débats (entretenir, planifier, rendre compte, animer, réactiver…). C’est long et cher (en temps) et il faut des qualités d’animation, de communication, de relations publiques, que beaucoup n’ont pas.

        Alors, finalement, le plus simple, c’est que le débat existe le moins possible. Donc le piédestal, c’est le truc rêvé. Ça impressionne. C’est sérieux et solennel. Plus personne n’ose parler. On ne brise pas le protocole. Et puis on risque de dire une ânerie. De se faire remarquer des autres. De perdre la face.

        In fine, tu peux utiliser une bonne technique de BPR (Black Public Relations) en disant que les gens ne s’impliquent pas, ce qui justifie doublement de ne pas mettre au collectif les sujets et de décider en cercle restreint.

        Nombre d’enseignes fonctionnent d’une manière comparable. Là où l’on peut s’en rendre compte le plus aisément, c’est sur Twitter. Il y a celles qui laissent ouvert leur Direct Message et elles sont très peu nombreuses et il y a les autres. Il y a celles qui Tweet sur elles à longueur de temps sans jamais prendre part à rien. Et celles là, sont surnuméraires.

        Dans le rapport aux consommateurs, réseaux sociaux ou pas réseaux sociaux, certaines (nombreuses ?) continuerons d’entretenir une relation calculée en terme de systémique de coût et de rapport de masse. Peut-être même que l’effet de crise renforcera davantage la chose. C’est sans doute générationnel aussi. Ceux qui dirigent sont si vieux (!) que ce n’est que lorsque les newbies actuels arriveront aux affaires que les choses changeront / pourraient changer. À moins qu’ils ne virent leur cuti à leur tour ?

  • http://www.gestionove.ca/ Jean-Claude Plourde

    Bonjour à vous tous et toutes,
    En gestion, on nomme cela : «Communauté de pratique». Certaines règles de base sur le fonctionnement doivent être établies, mais pour le sujet, celui-ci émerge des échanges et des discussions dans le groupe.
    La vie et le vitalité du groupe dépendent des membres.
    Salutations!

    • http://www.lesaffairesweb.com/ Serge Lachapelle

      C'est vrai que la vitalité d'un groupe varie beaucoup en fonction de ses membres. On observe beaucoup cette dynamique dans les réseaux sociaux. Sur LinkedIn par exemple, beaucoup de groupes sont complètement abandonnés par leurs membres et leurs organisateurs.

      Comme dans la vraie vie, on en retire des bénéfices dans la mesure ou on s'investit. On revient à l'engagement et comment engager les gens dans la conversation.

  • http://www.evermoorgrowth.com/ Bruce Seidel

    The bi-directional communication is a great point Serge and I agree with getting the vendor out of the pulpit and into the congregation but we need to keep one thing in mind:
    We are, in fact positioning or selling a product so at some point we need to get our benefits across to the audience. Do we wait until the subject comes up or do we try to drive the “conversation” to our objective?

    • http://www.lesaffairesweb.com/ Serge Lachapelle

      Good point Bruce. That is the biggest question right now with social media. There is nothing wrong with directing the conversation if its adding value to the collective. If your product is in line with that conversation all the better. But there is a fine line between informing and selling…one has to find his own path I guess. Each market will probably react differently. The next few years will help us understand those dynamics. I don't think anyone has a useful recipe at this point, its all a big lab and we are the guinea pigs ..

  • Yanis Taieb

    Cher Serge,

    Excellente analyse que je partage. Il me semble qu'on est actuellement en train d'assister à la cission du monde en 2 avec d'un côté ceux qui sont pour un statut quo et de l'autre un groupe dynamique qui essaie de faire bouger les choses. J'ai une idée assez claire sur qui l'emportera, ce qui est moins sûr c'est quand?

  • Pingback: Community Management by roovee - Pearltrees